HSI au collège de Papara

Au collège de Papara, les tensions ont été vives l’an passé en raison d’une pression importante à l’encontre des enseignants et personnels de vie scolaire.

 Aujourd’hui, la méfiance de l’équipe enseignante demeure. C’est pour cette raison que le SNES a rencontré l’équipe de direction afin de porter les inquiétudes du corps enseignant :

–       multiplication de réunions

–       ateliers imposés ou fortement recommandés sur la pause méridienne

–       IMP référent école collège cycle 3 imposé

–       Calendrier des PE imposé aux collègues du 2d degré pour les réunions de concertation

–       Présence de PE …

Au cours du dialogue avec l’équipe de direction, c’est bien le volontariat qui sera privilégié et la concertation. Toute pression via la notation administrative ne doit pas avoir lieu, le SNES y veillera.

La liberté pédagogique doit être respectée, le travail invisible des enseignants conscients de la réussite des élèves dans un collège REP+ doit être reconnu et non « comblé » par de multiples réunions.

L’ouverture du collège de Teva i Uta rend les conditions d’accueil des élèves de Papara plus confortables cependant la vétusté du collège reste flagrante. C’est le réseau numérique et sa maintenance qui posent le plus de problèmes. La saison des pluies n’étant pas encore arrivée, nous ne pouvons publier de photos des inondations que connaît le collège.

Publié dans Accueil

Atteinte au droit de grève ?

Chers collègues,

Nous confirmons que le SNES national a déposé un préavis de grève pour aujourd’hui, depuis le mois de juin!!

Ce matin les chefs d’établissements de Polynésie ont reçu  un courrier de la DGEE menaçant » les fonctionnaires se mettant en grève illégalement »  d’être « soumis à une retenue de traitement » et « passibles de sanctions ».  SI le retrait de salaire nous paraît tout à fait normal, le terme de « sanction » sonne comme une menace et n’a apparemment pour but que de faire pression sur les collègues, voire de les dissuader de participer à ce mouvement national tout à fait légal.

Or, il faut rappeler que le SNES-PF après dépôt de préavis nationaux n’a jamais déposé de préavis auprès des instances territoriales puisque nous dépendons du Ministère de l’Education Nationale et que nous sommes des fonctionnaires d’Etat.

Le SNES National a été alerté et ne manquera pas de réagir.

En attendant, notre réaction dans les médias : Polynésie Première

Publié dans Accueil

Tous en grève le 8 septembre !!! – Le communiqué de l’intersyndicale

La rentrée 2016 devrait voir mise en œuvre la réforme du collège imposée par le gouvernement alors même qu’elle est toujours contestée par la majorité des personnels du second degré. Ces derniers qui ont manifesté tout au long de l’année dernière leur opposition et leur volonté d’une reprise des discussions pour une autre réforme n’ont pas désarmé. L’autoritarisme, le mépris manifestés par la ministre de l’Éducation qui a négligé de répondre aux demandes d’audience de l’intersyndicale du second degré, la désorganisation causée dans les collèges par la réforme n’ont fait que renforcer la détermination à combattre cette dernière.

L’intersyndicale a appelé les collègues à ne pas mettre en œuvre des dispositifs imposés et qu’ils jugent inefficaces; elle demande à l’ensemble des personnels du second degré de recenser et faire remonter dans le cadre des assemblées générales de pré rentrée tous les problèmes d’une rentrée qui s’annonce très difficile :collège, lourdeur des effectifs en lycée, insuffisance des moyens affectés à la vie scolaire, emplois du temps…La poursuite des mobilisations conduites durant l’année précédente doit déboucher sur l’abrogation de la réforme et l’ouverture rapide de discussions sur d’autres bases. A l’approche d’échéances électorales importantes le gouvernement doit enfin entendre les personnels Après les congés d’été, c’est avec combativité que les personnels entament ce début d’année scolaire décidés à agir pour leurs métiers et leurs élèves, lutter contre les inégalités et le maintien de garanties collectives mises à mal dans la loi travail comme dans l’Éducation

C’est pourquoi l’’intersyndicale du second degré appelle les personnels à se mettre en grève et rejoindre les manifestations le 8 septembre pour une autre réforme du collège et de meilleures conditions de travail et d’étude en collège comme en lycée.

Elle les invite à s’associer aux in
itiatives prises par l’intersyndicale interprofessionnelle CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL, le 15 septembre pour obtenir l’abrogation de la loi Travail imposée par l’utilisation du 49-3 et conquérir de nouvelles garanties et protections collectives.
 

Publié dans A afficher, Accueil

Tous en grève demain jeudi 8 septembre !!! – Le courrier du National

Cher-e-s collègues,

Le déroulement de la rentrée a confirmé nos craintes. Dans toutes les académies, le constat est clair : manque de professeurs et de personnels de vie scolaire, effectifs élevés et en hausse, augmentation du nombre d’enseignants et de CPE affectés sur plusieurs établissements, pressions de certaines hiérarchies pour s’inscrire dans les dispositifs de la réforme collège2016, désorganisation de certains lycées suite aux mesures supprimant le redoublement. Cela confirme le gâchis de ce quinquennat alors que les attentes par rapport à un pouvoir qui affichait la « priorité à la jeunesse » étaient fortes et la profession disponible pour s’engager dans de réelles améliorations.

Si vous exercez en collège, afin de mieux illustrer ce bilan de rentrée, nous vous demandons de prendre quelques minutes pour répondre à ce questionnaire :https://fr.surveymonkey.com/r/Enquete-college-rentree2016

Dans ce contexte nous appelons chacun à s’engager dans la grève ce jeudi 8 septembre.
Nous savons les difficultés, financières en particulier, et les doutes sur l’efficacité qu’une grève suscite.
Mais c’est bien l’annonce de cette grève qui a d’ores et déjà permis de contrer médiatiquement le déni de la Ministre sur les difficultés de la rentrée, et c’est sa réussite qui peut changer la donne alors même que les projecteurs sont encore braqués sur la rentrée scolaire.
Plus nous serons nombreux en grève, plus les refus de se laisser imposer des dispositifs dans le cadre de la réforme collège2016, seront légitimés, et plus les autres revendications de la profession seront entendues.
Ne nous résignons pas à laisser cette rentrée se dérouler sans porter le conflit qui, au delà de la question des moyens, nous oppose à la Ministre sur la conception même du second degré.

Les discussions sur la revalorisation de nos rémunérations et de nos carrières se poursuivent, en particulier sur les modalités d’évaluation des personnels (http://www.snes.edu/Reforme-de-l-evaluation-des-personnels.html).
Sur l’évaluation, le Ministère n’a pas encore clarifié le dispositif prévu mais il est clair que le SNES s’opposera à toute tentative de renforcer le rôle du chef d’établissement dans l’avancement des collègues. Nous nous sommes également opposés à un écrit auto-évaluatif que l’enseignant pourrait avoir à réaliser avant l’inspection, nous vous tiendrons régulièrement informés des réponses du Ministère sur ce dossier.

Le ministère vient de publier un décret supprimant la prime de 500€ attribuée aux professeurs ayant au moins 3 HSA.
Le SNES-FSU ne s’est pas opposé à cette suppression et s’en explique :
http://www.snes.edu/Prime-speciale-3-HSA-une-suppression-controversee.html.
Il condamne cependant l’attitude du ministère, qui a acté la mesure très vite et n’a pas prévenu les collègues concernés.

Frédérique ROLET, secrétaire générale su SNES-FSU

Valérie SIPAHIMALANI, Xavier MARAND, Benoit TESTE, secrétaires généraux adjoints

Publié dans Accueil

Festival Polynesia- Tahiti: Te Moana Nui a Hiva

Du 12 au 17 septembre

Organisé par la maison de la Culture, ce festival réunit des délégations des trois pointes du triangle polynésien et une délégation polynésienne autour d’un festival sous le signe de la transmission. Cours de langue, de danse, soirée contes et légendes, concert… Une semaine riche en découvertes et en partage.

festival-polynesia

 

Publié dans Culture

Le MEN recrute : inscrivez-vous aux concours !

En 2017, le ministère recrute 25 000 nouveaux enseignants : inscrivez-vous aux concours de recrutement d’enseignants et de personnels d’éducation

Du 8 septembre au 13 octobre 2016 les inscriptions aux concours de recrutement d’enseignants seront ouvertes. CRPE, CAPES, CAPET, CAPEPS, CAPLP, agrégation ou concours de recrutement des CPE : quel concours correspond à votre projet professionnel ? Renseignez-vous et préparez votre inscription dès maintenant.
Pour toutes les informations nécessaires, vous pouvez consulter le site Devenir Enseignant du Ministère de l’Education Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche.
Pour vous repérer dans les concours et vous inscrire à celui qui correspond à votre projet professionnel afin d’enseigner dans une école, un collège ou un lycée, consultez cette page.

Publié dans Accueil

Heure de décharge pour service sur plusieurs établissements: victoire du SNES-PF

Chers collègues,

Grâce à l’intervention du SNES-PF auprès du Vice Rectorat et de la DGEE, l’heure de décharge statutaire lorsque l’on exerce sur deux établissements vient d’être remboursée.
Il vous revient d’en vérifier le versement sur votre fiche de salaire.
Pour tout problème concernant l’application du décret de 50, et donc le remboursement de cette heure de décharge appliquée à partir de la rentrée 2015, n’hésitez pas à contacter le SNES au 87 72 72 08 ou par mail snespf@gmail.com

Rappels des faits :

-11 juin 2007, Nicolas SARKOZY dont le ministre de l’éducation à l’époque est Xavier DARCOS, abroge le décret  DE ROBIEN (mis en place par le ministre de l’éducation Gilles de ROBIEN, prédécesseur de DARCOS le 12 février de la même année)

-Au motif de moderniser des obligations de service statuées par les décrets de 1950, le décret  DE ROBIEN supprimait certaines décharges accordées aux professeurs du secondaire pour des tâches particulières. Il supprimait notamment l’heure dite de « première chaire » dont les enseignants des classes d’examen (première et terminale) bénéficiaient.

-Cette mesure a touché à l’époque environ 50 000 professeurs, les obligeant à travailler une heure en plus pour gagner la même chose ou à perdre de 1 500 à 1 800 euros de salaire sur une année.

-L’application du décret DE ROBIEN aboutissait à économiser 3058 ETP (postes ou équivalent temps plein) récupérés par voie d’heures supplémentaires.

Le décret de Robien étant abrogé suite aux actions du SNES , ce sont les dispositions du décret de 50 qui nous régissent. En cas de service sur 2 établissements de communes non limitrophes, 1 HSA ou 1 heure de décharge horaire peuvent être attribuées sur décision du VR. En cas de service sur 3 établissements, cette heure est de droit. Pensez à les réclamer auprès de votre chef d’établissement.

Les textes :

Décret n° 50-581 du 25 mai 1950 portant règlement d’administration publique pour la fixation des maximums de service hebdomadaire du personnel enseignant des établissements d’enseignement du second degré

Décret n°50-582 du 25 mai 1950 portant règlement d’administration publique pour la fixation des maximums de service hebdomadaire du personnel des établissements publics d’enseignement technique.

Décret n°50-583 du 25 mai 1950 portant règlement d’administration publique pour la fixation des maximums de service des professeurs et des maîtres d’éducation physique et sportive, titulaires et délégués. 

Décret DE ROBIEN

Publié dans Accueil

HSI au collège de TARAVAO

Jeudi 1er septembre,

Au collège de Taravao, la rentrée s’effectue avec 276 élèves en moins qui ont rejoint le nouveau collège de Teva i Uta, collège que nous attendions depuis plus de 10 ans ; de plus, un T-shirt de couleur est de mise par niveau et 4 zones ont été mises en place dès l’entrée des élèves à 7h, aux récréations et à la pause méridienne.

Ces nouvelles dispositions ont permis d’accueillir les élèves de la presqu’île dans de bien meilleures conditions : il y a moins de bagarres, moins de bruit à l’heure médiane, et les cours se déroulent dans le calme.
Cet exemple nous montre donc que la surpopulation des établissements est bien en cause dans les incivilités et la violence à l’école. 

Du point de vue de la réforme, même constat que dans les autres collèges :

-Les enseignants ne savent pas quoi faire en AP et en EPI.

-Les thèmes sont fixés mais ce sont des cases vides.

-Les journées J1 à J4 n’ont pas permis, en si peu de temps, d’aborder une réforme sur tout le collège

-Les programmes de technologie et des sciences physiques sont particulièrement lourds laissant peu d’espoir de saisir
l’ensemble de la réforme.

En clair : les collègues sont perdus et ont du mal à appréhender cette réforme des collèges !!!!

Publié dans Accueil

HSI au lycée de TAAONE

Jeudi 1er septembre,

En cette rentrée, le lycée du Taaone reste l’un des plus vétustes, la commission hygiène et sécurité n’a pas pu donner d’avis favorable, en l’absence de CHSCT en Polynésie française. Dans l’éducation, nos élèves ne risquent pas d’être accueillis dans des conditions de sécurité optimale. Cela concerne plus encore les élèves internes qui ne bénéficient pas de matériels indispensables au bien être et à l’hygiène.

De plus, faute d’anticipation pour réparer le système biométrique (empreintes) de la cantine, il n’existe aucun pointage efficace des élèves pour la distribution des repas ce qui perturbe davantage le travail des agents.

Les conditions de travail, les statuts nationaux des CPE ne sont pas respectés, assimilés à du personnel administratif territorial, ils font 22 jours de permanence au lieu des 15 règlementaires. Cette entorse grave au statut des fonctionnaires est clairement combattu par le SNES FSU.

Les emplois du temps élèves et profs ne concordent pas ou sont incomplets, rendant le travail ainsi que le contrôle des absences plus difficiles.

Publié dans Accueil

Suppression de la prime « 3 HSA »

Le 31 août 2016, le ministère de l’Éducation nationale a publié un décret supprimant la prime de 500 € attribuée aux professeurs qui effectuaient au moins 3 HSA. Cette prime avait été instituée en 2008.

Le CTM [1] du 12 juillet a été consulté sur le projet de décret supprimant cette prime. Lors de celui-ci, la FSU a voté pour la suppression de la prime spéciale « 3 HSA ». Cette suppression sera effective dès cette rentrée. En cela, la FSU a maintenu l’orientation qu’elle avait portée en 2008.

L’avis du SNES et de la FSU
Cette prime est contraire aux orientations que portent le SNES et la FSU. En effet, nous revendiquons une réduction du temps de travail des personnels et une amélioration de la rémunération de tous.

Sur la forme, le SNES condamne l’attitude de l’administration qui n’a pas informé les collègues de cette mesure avant qu’ils ne fassent leurs vœux de service, ne permettant pas à certains d’accepter ou de refuser des HS en toute connaissance de cause.

Sur le fond, le SNES assume pleinement son opposition à cette prime qui a été instituée dans une période où le gouvernement avait décidé de supprimer massivement des postes de professeurs et cherchait tous les moyens pour pouvoir tout de même assurer l’ensemble des heures d’enseignement. Elle était la traduction de la politique du « travailler plus pour gagner plus » qui se faisait au détriment d’une revalorisation équitable bénéficiant à tous, dans un contexte où la dégradation de nos rémunérations se poursuivait.

De plus, cette prime est très inégalitaire. Elle dépend des structures d’établissement, des disciplines et de la capacité des personnels à assumer ce travail supplémentaire. Les bilans de la DEPP montrent que les HS sont le plus souvent assurées par des hommes plutôt que des femmes, des quinquas plutôt que des jeunes, des agrégés plutôt que des certifiés (les CPE et les professeurs documentalistes n’y ont pas droit), des collègues exerçant en classe prépa plutôt qu’en collège… Nous pensons que les sommes ainsi économisées sont mieux utilisées en étant réorientées vers les recrutements (+ 54 000 sur le quinquennat dans l’Éducation nationale), l’augmentation significative des indemnités REP (+ 50 %) et REP + (+ 100 %), et la pondération REP +.

Le SNES n’a jamais été partisan de la multiplication des HS dans les établissements. Elles ne devraient servir qu’à ajuster les services des personnels et non à combler la pénurie de professeurs, leur attribution allant parfois jusqu’à contraindre des collègues à effectuer un complément de service dans un autre établissement.

Inciter les professeurs à faire des HS, cela suppose de bloquer les salaires pour qu’ils n’aient pas d’autre choix que d’accepter les HS pour maintenir leur pouvoir d’achat.

À cela, le SNES et la FSU opposent la revendication d’une revalorisation des rémunérations de tous. Un premier pas a été franchi avec le protocole PPCR dans la Fonction publique et sa mise en œuvre dans notre ministère. Le gain pour la profession (4 milliards pour l’ensemble de la FP selon la Cour des Comptes) est bien supérieur à ce que nous perdons avec cette prime, y compris pour les collègues concernés (le gain annuel moyen [2] pour un collègue en poste passe de 165 € en 2016-2017 à 852 € en 2020-2021 pour un professeur certifié et assimilé et passe de 105 € à 667 € pour un professeur agrégé) . Mais, bien que profitant à toutes et tous, le SNES et la FSU considèrent que ce pas est insuffisant et continuent de mener des actions pour une revalorisation de nos rémunérations qui rattrape le retard accumulé.

Manipulation du SNALC… et d’autres
Le SNALC est habitué à faire sa publicité en dénigrant les autres organisations syndicales. Et il n’y a pas de surprise non plus à le voir s’afficher comme un défenseur du « travailler plus pour gagner plus » du Président Sarkozy.

Le vote mis en exergue est un vote consultatif en CTM. La décision de supprimer cette prime a été actée l’an dernier à l’automne 2015 dans le cadre du vote de la loi de finances 2016. Il s’agit d’une mesure qui s’inscrit dans le cadre d’une rupture, que demandait le SNES-FSU, avec les suppressions de postes et l’incitation à faire des heures supplémentaires : ce n’est pas parce que le nombre de postes recréés a été très insuffisant que nous devrions rejeter ce principe.

La réaction soudaine du SNALC a de quoi surprendre : n’ont-ils pas étudié le projet de loi de finances ? Au courant que ce texte serait soumis au vote du CTM du 12 juillet et risquait ainsi d’être publié pendant l’été, quelle information ont-ils communiquée aux personnels ? Quelles actions ont-ils déclenchées pour empêcher le gouvernement de le publier ? Une réaction a posteriori est plus simple, surtout quand il s’agit de dénigrer les autres organisations syndicales. D’autant que si le SNES et la FSU n’ont pas changé de position, il ne semble pas qu’on puisse dire la même chose de cette organisation syndicale qui, en septembre 2008, sous le titre « Travailler plus pour gagner plus« , portait l’appréciation suivante « […] On suppose que tout cet argent provient des économies fournies par les milliers de suppressions de postes au budget 2008 et des milliers de suppressions de postes prévues au budget 2009. Façon de les faire mieux passer dans l’esprit des collègues […] ? ».

N’oublions pas que c’est par l’action déterminée du SNES et des autres syndicats qui partagent ses principes, que nous avons obtenu le dégel de la valeur du point d’indice (+0,6 % en juillet, + 0,6% en février), la suppression de la journée de carence (autre invention sarkozyste), et que de nouvelles carrières se mettront en place à compter du 1er janvier 2017 en lien avec le protocole PPCR que la FSU a signé en septembre 2015 : des carrières plus justes (resserrement des rythmes d’avancement), légèrement revalorisées, avec une hors-classe accessible à tous, un accès à un troisième grade (pour les certifiés, cela revient à finir sa carrière comme les actuels agrégés hors-classe ; pour les agrégés, c’est un accès à la hors-échelle lettre B). Toutes les organisations syndicales qui attaquent le SNES au sujet des rémunérations ne peuvent pas se targuer d’avoir appelé à l’action ces dernières années pour la revalorisation de nos métiers et de nos carrières.

Enfin, toutes ces attaques contre le SNES (rémunération, collège2016…) ont un relent de campagne électorale. Elles risquent d’entériner des fractures entre les organisations syndicales qui laisseront des traces. Or, même si nous n’avons pas strictement les mêmes orientations, nos organisations syndicales doivent pouvoir, sur certains sujets, faire front commun pour empêcher un gouvernement de mettre à mal nos professions. Gageons que ces petits jeux n’empêcheront pas de créer des solidarités lorsqu’elles seront nécessaires.

Notes :

[1Comité Technique Ministériel : il est consulté, en particulier, sur les modifications statutaires, sur les modifications de carrière et de rémunération, sur les principales indemnités et sur les moyens attribués aux académies. Y siègent la FSU (6 élu-e-s), l’UNSA (4 élu-e-s), FO (2 élu-e-s), le SGEN-CFDT (1 élu-e), la CGT(1 élu-e) et le SNALC (1 élu-e)

[2Le gain annuel moyen est la moyenne, quelle que soit la situation des personnels en poste au 1/9/2016, des gains entre le traitement perçu avec la nouvelle carrière et le traitement perçu dans la carrière actuelle

Publié dans Accueil

Livret d’accueil

Archives